#Lâcher-Prise ? – 03 : #Lâcher-prise ou Tenir bon ?

par / jeudi, 23 juillet 2015 / Publié dansCitation, Hermann Hesse, Lâcher-Prise, Se faire coacher pour ...

#Lâcher-prise vous rend plus #fort ?

« Certains croient que tenir bon nous rend plus fort mais parfois le plus dur est de lâcher prise.  »
[Hermann Hesse]

A force de vouloir contrôler tout ce qui nous entoure, nous dépensons notre énergie sans limite et perdons notre sérénité. Mais quelle est donc cette « prise » qu’il conviendrait de desserrer ?

Cette attitude est-elle compatible avec un positionnement responsable ? (lire ci-dessous)

Si oui, comment passer de l’idée , de l’intention à la pratique ?

Avant de prétendre « lâcher », encore faut-il savoir ce que nous « tenons » ?

Au commencement de toute « prise » se trouve l’EGO, une conviction, un ressenti dont tout découle.

Moi, Pierre ou Paul, j’existe indépendamment du tout, séparé, seul face à l’autre, c’est-à-dire tout le reste, tout ce qui n’est pas « moi » et qui, étant « autre », n’obéit pas toujours à ma loi. L’identification à ce très cher moi se paie au prix fort : me ressentant séparé, je vis à la fois dans la peur et dans une illusion de toute-puissance. « Seul contre tous », « Après moi le déluge », telles sont en somme les deux croyances sur lesquelles se dresse l’ego.

Lâcher-prise, c’est abandonner une illusion, celle de la séparation 

Ce lâcher-prise ne sous-entend en rien une négation de l’individualité.

Pierre reste Pierre, Paul demeure Paul. Simplement, la partie se reconnaît comme expression du tout, la vague se sait forme du grand océan et, du même coup, reconnaît les autres vagues comme autant d’expressions de ce qu’elle-même est au plus profond. Par un apparent paradoxe, l’autre à la fois disparaît – nul ne peut plus m’être essentiellement étranger – et se trouve comme jamais reconnu dans sa différence existentielle. Le moi séparé cesse d’être l’étalon, la mesure de toute chose. Il n’y a plus de moi pour exiger de l’autre qu’il se conforme à mes critères. Le lâcher-prise se produit dès lors que le moi accepte de l’autre, de tout autre, qu’il soit autre.

 Voilà pour la métaphysique, qu’en est-il de la pratique au quotidien ?

Le sens du moi séparé se maintient instant après instant par le refus plus ou moins conscient de l’autre (c’est-à-dire de ce qui est – « Moi, je ne veux pas qu’il pleuve ce matin », « Moi, je ne veux pas que ma femme fasse cette tête », « Moi, je refuse que ce qui est soit et je prétends mettre autre chose à la place » –), refus qui s’accompagne de la prétention sous-jacente à tout contrôler.

Le fait même que « moi, je ne veuille pas » implique la conviction qu’il pourrait en être autrement parce que tel est mon souverain désir.

Refaire le monde ?

Il suffit d’écouter les conversations « classiques… simplement en faisant votre marché ou à la machine à café ou d’écouter les discours politiques, syndicaux « Est-ce que vous trouvez normal que…? »

Dans les entreprises, il suffit d’écouter ce qui se dit en réunion ou … devant les lavabos, les réactions du top et du middle management ou management local,… et de l’ensemble des collaborateurs… bref partout « Si …. ça devrait fonctionner comme ceci ou comme cela….« 

Et il vous suffit d’écouter vos propres pensées… « ça devrait être… autrement… »

Nous refaisons sans cesse le monde à grands coups de « si« , de « quand » , au nom de « ce qui devrait être« , « ce qui aurait pu être« , « ce qui pourrait éventuellement être« , et nous échappons au présent.

Nos pensées vagabondent dans le passé ou dans le futur 

Il est bien rare que nous soyons vraiment  » ici et maintenant «  – alors même que nous ne pouvons en fait être ailleurs qu’ici et à un autre moment que maintenant.

Quoi que mon mental prétende, je me trouve là où sont mes pieds.

Si je pense au passé ou au futur, c’est toujours maintenant.

Passé, futur, ailleurs n’existent qu’en tant que pensées surgissant ici et maintenant.

Laisser un commentaire

TOP