Notre corps parle ? – 12 : Notre hanche…

HancheLa hanche

Elle correspond à l’articulation «primaire», basique, « mère », des membres inférieurs. C’est d’elle que partent tous les mouvements potentiels de ces membres. Elle représente aussi l’axe basique de notre monde relationnel. On la qualifie de « porte du Non-Conscient relationnel », le point par lequel les éléments de notre Non-Conscient émergent vers le Conscient.

Nos schémas profonds, nos croyances sur la relation à l’autre et avec le monde et la façon dont nous la vivons sont somatiquement représentés (pour ce qui est de la structure du corps bien sûr) par la hanche. Toute perturbation consciente ou non de ces niveaux aura des répercussions au niveau d’une de nos hanches.

Avec le bassin et la zone lombaire, les hanches sont le siège de notre puissance profonde, ainsi que celui de notre capacité de mobilité et de souplesse, intérieures et extérieures. C’est à partir d’elles que notre « être » est en relation avec le monde.

Les maux de la hanche

Les problèmes de hanche, douleurs, tensions, blocages, arthroses, etc., nous montrent que nous traversons une situation où le « basique » de nos croyances profondes est remis en cause.

Le fait que cette articulation, qui est l’appui premier et fondamental de la jambe, lâche, signifie que nos appuis intérieurs de fond, nos croyances les plus enfouies sur le rapport à la vie nous lâchent eux aussi. Nous sommes en plein dans les notions de trahison ou d’abandon, qu’elles soient de notre fait ou du fait de l’autre.

S’il s’agit de la hanche gauche, nous sommes dans le cas d’un vécu de trahison ou d’abandon de la symbolique Yang (paternelle). Je pense ici en particulier à une personne qui s’appelle Sylvie, et qui était venue me consulter pour un problème d’arthrose de la hanche gauche, peu avant de se faire opérer. Après l’avoir laissée parler de sa souffrance «mécanique», je l’amenais au fond du problème et à me parler un peu plus de sa vie en lui demandant : « Quel homme vous a trahie ou abandonnée dans les derniers mois ? ».

Malgré sa surprise, elle me confia qu’elle avait perdu son mari trois ans auparavant, mais qu’elle ne voyait pas de relation entre les deux faits. Je lui expliquais progressivement le processus inconscient qui avait mis tout ce temps avant de se libérer ainsi. Elle reconnut alors qu’elle avait effectivement vécu la disparition de son mari comme un abandon et quelque chose d’injuste. Après deux séances de massage d’Harmonisation et de travail sur cette mémoire, sa hanche se libérait au point que pendant la deuxième semaine, elle put rester deux journées entières sans ressentir la moindre souffrance. Ses peurs, ses « obligations »professionnelles lui firent cependant prendre, malgré tout, la décision de se faire opérer et je la laissais bien entendu libre de ce choix. L’opération a «parfaitement réussi» et a fait taire la douleur.

Un an et demi plus tard, elle revint me voir pour le même problème, mais cette fois-ci à la hanche droite. Il était clair qu’elle n’avait en rien évacué la tension intérieure. La plaie de l’âme n’était pas cicatrisée du tout et cherchait un autre point du corps pour s’exprimer. Je la poussais alors plus loin dans l’expression de son vécu et elle finit par « avouer » que, en plus, après la disparition de son mari, elle avait eu des doutes très importants au sujet de sa fidélité, qu’elle pensait qu’il l’avait trompée.

Elle se sentait trahie dans sa position d’épouse. Il n’était donc pas étonnant que le Non-Conscient ait besoin d’expulser dans une hanche cette blessure qui était encore loin d’être refermée car entretenue par le doute. Ce fut la droite parce que la féminité était en cause certes, mais surtout parce que la gauche ne pouvait plus « parler ».

S’il s’agit de la hanche droite, nous sommes dans le cas d’un vécu de trahison ou d’abandon de la symbolique Yin (maternelle). Je pense ici, en dehors de l’exemple précédent, à mon propre père. Il travaillait dans un office public où de plus en plus de choses et de comportements lui devenaient difficilement tolérables car ils « trahissaient » l’idée qu’il se faisait du service public. Mais comment sortir de cette situation ? Il fit un jour une chute lors de laquelle il se fit très mal à la hanche droite.

Petit à petit, la douleur grandit au point qu’il lui devint difficile physiquement de pouvoir faire correctement son travail. D’origine paysanne et ayant un grand sens du devoir et du respect des engagements, il fut encore plus « contrarié » lorsqu’on lui conseilla de «se faire porter malade». «Je ne peux pas l’accepter car ça voudrait dire que les autres devront faire le travail à ma place», disait-il à l’époque. Cela aurait été une trahison supplémentaire, mais de sa part. Il prit alors une retraite anticipée pour l’éviter, bien qu’en le faisant il perdait financièrement beaucoup, car il n’était plus très loin de sa retraite complète. Il ne pouvait cependant pas comprendre toute la signification inconsciente de ce qui se passait. Il partit alors aider une personne qu’il connaissait à créer un élevage de truites. Les débuts furent prometteurs mais l’expérience de la trahison se renouvela. La personne se mit en effet à « lui » faire chaque jour de nouvelles « blagues » qui réduisaient à chaque fois le travail que lui-même effectuait.

Jusqu’au jour où une goutte d’eau plus grosse que les autres (destruction accidentelle) fit déborder le vase. La douleur à la hanche droite, qui avait pris la forme d’une coxarthrose, s’amplifia et peu de temps après avoir quitté cet employeur en qui sa confiance avait été mal placée, il dut se faire opérer.

Peut-être que, si j’avais « su » à l’époque (il y a vingt-cinq ans), nous aurions pu évoquer la nécessité qu’il avait d’expérimenter la trahison ou l’abandon symbolique. Il l’avait d’ailleurs déjà rencontrée plus jeune, lorsqu’en revenant de captivité après la guerre, il constata que son père avait abandonné une belle ferme dans laquelle ils vivaient avant guerre. Or, il l’avait expressément exhorté de ne pas le faire.

Constatant que son père l’avait vendue malgré tout pour en acheter une autre ailleurs, il décida alors de quitter la ferme familiale pour aller travailler en usine. Je dis « peut-être » car nous ne sommes pas toujours prêts à « entendre » certaines choses et que personne ne peut vivre ou changer la Légende Personnelle d’un autre.

Source : Je vous conseille vivement ce Livre ! : Dis-moi où tu as mal : Je te dirai pourquoi: de Michel Odoul  et de visiter son site sur lInstitut Français de SHIATSU

 

—————————————————————————————————————————-

Hip

It corresponds to the ‘primary’ joint base, « mother » of the lower limbs. It is from this that leave all potential movements of its members. It also represents the basic thrust of our relational world. It is called « door of Non-Conscious Relationship », the point at which the elements of our Non-Aware Aware to emerge.

Our deep patterns, our beliefs about the relationship with each other and with the world and how we live are somatically represented (in terms of the structure of the body, of course) by the hip. Any conscious or not disturbance of these levels will have an impact at one of our hips.

With the pelvis and lumbar region, hips are the seat of our deepest power and the ability of our mobility and flexibility, internal and external. It is from them that our « being » is connected with the world.

Sore hip

Hip problems, pain, tension, blockages, arthritis, etc.., We show that we are in a situation where the « basic » our deepest beliefs are challenged.

The fact that this joint, which is the first and fundamental leg support, cowardly, mean that our domestic support base, our most buried on beliefs about life we ​​let go too. We are right in the notions of betrayal or abandonment, whether our fault or due another.

If this is the left hip, we are in the case of an experience of betrayal or abandonment of the symbolic Yang (paternal). I am thinking here in particular to a person named Sylvie, who came to me for a problem of osteoarthritis of the left hip, shortly before an operation. After allowing about his suffering « mechanical », I would take her to the bottom of the problem and tell me a little more of his life by asking: « What a man you betrayed or abandoned in the last month? « .

Despite her surprise, she told me she had lost her husband three years ago, but she saw no connection between the two facts. I explained to him gradually unconscious process that took so long before releasing this. She admitted that she had actually experienced the disappearance of her husband as an abandonment and something unfair. After two sessions of massage and harmonization of work on this memory, his hip was freed so that during the second week, she was able to spend two whole days without feeling any pain. Fears, professional « obligations » though he did take, anyway, the decision to have surgery and I let this course free choice. The operation was « very successful » and silenced pain.

A year and a half later, she came to see me the same problem, but this time in the right hip. It was clear she was in no way exhausted the internal tension. The wound of the soul was not healed at all and looking for another part of the body to express itself. I then pushed further into the expression of his experience and eventually « confess » that, in addition, after the death of her husband, she had very serious doubts about his fidelity, she thought that it had deceived.

She felt betrayed in his wife position. It was not surprising that the Non-Conscious needing to expel a hip injury that this was far from being closed as maintained by doubt. It was right because femininity was certainly involved, but because the left could not « talk. »

If this is the right hip, we are in the case of an experienced betrayal or abandonment of the symbolic Yin (mother). I think here, apart from the above example, my own father. He worked in a public office where more and more things and his behavior became difficult to tolerate because they « betrayed » the idea that it was a public service. But how out of this situation? One day he falls in which he became very sore right hip.

Gradually, the pain grew to the point that he became physically difficult to do his job properly. Of peasant origin and having a strong sense of duty and respect for commitments, it was even more « upset » when he was advised to « report sick ». « I can not accept it because it would mean that others will do the job for me, » he said at the time. It would have been an additional betrayal, but his part. He took early retirement to avoid it, although doing he lost a lot financially, since it was not far from his full retirement. He could not, however, include any unconscious significance of what was happening. He then went to help someone he knew to create a trout farm. The beginning was promising, but the experience of betrayal was repeated. The person put in effect « it » to every new day « jokes » that reduced each time the work himself conducting.

Until one day a drop larger than the other (accidental destruction) water broke the vase. Pain in the right hip, which had taken the form of osteoarthritis, began and shortly after leaving the employer that his confidence was misplaced, he had to have surgery.

Maybe if I had « known » at the time (twenty-five years ago), we could talk about the need he had to experience betrayal or abandonment symbolic. He had already met younger, when returning from captivity after the war, he found that his father had left a beautiful farm where they lived before the war. However, he had specifically urged not to do so.

Noting that his father had sold it anyway to buy one somewhere else, so he decided to leave the family farm to work in the factory. I say « may » because we are not always ready to « hear » some things and nobody can live or change the Personal Legend of another

Source : I highly recommend this book! Tell me where it hurts: I’ll tell you why: Michel Odoul and visit his site on the French Institute of Shiatsu

One Response to “Notre corps parle ? – 12 : Notre hanche…”

Laisser un commentaire

TOP