Nos #maladies nous parlent ? 3 – Un Burnout…

 Le Burnout se manifeste généralement après l’abandon d’une lutte où j’aurai voulu exprimer un certain idéal mais sans succès.

Le temps et les énergies consacrés à vouloir réaliser cet idéal sont tellement importants que je «brûle la chandelle par les deux bouts ».

Je m’épuise et me rends malade. C’est un vide intérieur profond parce que je refuse une situation dans laquelle je veux voir un vrai changement, concret et durable, que ce soit au travail, dans ma famille ou dans mon couple.

Je suis très perfectionniste et dévoué, je veux atteindre mon idéal.

C’est peut-être aussi une partie de moi que je n’accepte pas. J’ai le sentiment de me battre contre l’humanité entière, car il me semble qu’elle fonctionne en désaccord avec mes attentes et mes convictions profondes.

C’est comme si je voyais un mensonge, une insouciance ou un laisser-aller collectif qui est en désaccord et affecte ma vérité profonde.

« Pourquoi continuer ?
J’abandonne, c’en est trop pour moi !
»

Les burnouts sont très fréquents chez les enseignants et les infirmiers, en réaction respective face à leur mode de travail. Un sentiment d’impuissance face à un idéal irréalisable est très présent. C’est une forme de compulsion, car je veux à tout prix changer le système avec des approches plus adaptées aux temps modernes.

En même temps, je peux avoir de la difficulté à m’adapter aux nouvelles technologies que je perçois comme agressives. Si j’ai l’impression de vouloir sauver le monde, je dois vérifier mon attitude dès maintenant.

Le burnout est aussi une maladie de fuite. Je peux me demander :

  • Qu’est-ce que je cherche à fuir en travaillant avec excès ?
  • Est-ce que j’ai peur de me retrouver face à moi-même ?
  • Ais-je besoin d’une raison pour ne plus être avec un conjoint qui m’est insupportable ?
  • Qu’est-ce que j’essaie de prouver en même temps que je fuis la peur de l’échec ?

Mon grand besoin d’être reconnu et ma peur de la critique me poussent à travailler de plus en plus jusqu’au jour où je n’en peux plus.

Les symptômes du burnout sont assez clairs : fatigue mentale et physique, énergie vitale à la baisse, pensées incohérentes !

L’épuisement survient, et après, le calme et le repos se manifestent pour que je puisse me recharger énergétiquement.

 —

Attitude à acquérir pour progresser : J’accepte de ne pas avoir à plaire à tout le monde ! C’est un rêve ! La vraie réalité, c’est de savoir que j’accomplis de mon mieux ce que j’ai à faire en donnant 100 % de moi-même, et que je retrouve la sérénité, la paix intérieure et le vrai amour dans l’action.

Source : Le Grand Dictionnaire des malaises et maladies – Jacques Martel

2 Responses to “Nos #maladies nous parlent ? 3 – Un Burnout…”

  1. Notre corps nous parle et il faut être à son écoute, prendre soin de soi …
    et éviter de se retrouver dans des situations difficiles !
    Super articles !

    Maryse Quesson,Coach/ Experte en Stratégies de Communication et Relations Interpersonnelles
    potentielepanouissement.com

Laisser un commentaire

TOP