Psycho-Communication (énergétique)

Esprit - Corps - AmeL’esprit a évidemment besoin du corps pour s’exprimer, comme l’ordinateur de l’écran ou de l’imprimante. Mais encore faut-il que ces périphériques ne soient pas trop anciens et dépassés, afin de pouvoir être en phase avec la puissance des ordinateurs actuels.

Inversement, l’ordinateur doit lui aussi être au même niveau technologique que les périphériques. Il en va de même du corps et de l’esprit, qui doivent se maintenir en harmonie, à défaut de quoi des « messages d’erreur » apparaîtront.

On l’aura compris, ces « messages d’erreur » sont évidemment les maladies ; et Michel Odoul les subdivise en trois catégories :

  • Les tensions : Premier mode utilisé pour exprimer un problème, la tension peut se manifester par un mal de dos, des difficultés digestives, des cauchemars, ou un certain malaise psychologique… Si ce type de message n’est pas décodé au profit d’un changement dans la personnalité, d’autres messages, plus percutants, vont prendre le relais.
  • Les traumatismes : Deuxième mode de communication entre l’esprit et le corps, les traumatismes présentent le double avantage, d’une part de ne plus pouvoir vraiment passer inaperçu, comme c’était le cas des tensions, et d’autre part d’imposer à l’individu un temps d’arrêt à la faveur duquel il aura le loisir de réfléchir. Relevant globalement du mécanisme des actes manqués décrits par Freud, tous ces traumatismes accidentels, tels que chocs, coupures, entorses, fractures ou autres, vont se produire en des endroits bien précis du corps où, conformément à ce qu’enseigne l’acupuncture, ils stimuleront ou débloqueront les énergies du point touché. Ainsi, chaque traumatisme est riche d’enseignements sur les problèmes psychologiques de l’individu ; et se tordre la cheville droite ou se couper le pouce gauche ne signifiera évidemment pas la même chose. Enfin, il va sans dire que plus longtemps la tension aura été ignorée, plus le traumatisme sera violent !
  • Les maladies : Troisième et dernier mode d’expression du problème, la maladie, plus encore que le traumatisme, met l’individu dans l’obligation de s’arrêter totalement pour se tourner vers lui-même et s’interroger. Bien sûr, la façon dont la médecine allopathique aborde la maladie, en l’exterminant le plus vite possible, ne permet plus guère de se ménager ce temps de méditation, si utile à l’épanouissement de la véritable santé. Pourtant, la libre expression d’une pathologie, accompagnée d’un traitement naturel de drainage, libère non seulement les toxines mais aussi les tensions psychologiques accumulées, contribuant au retour à l’harmonie corps-esprit, tout au moins dans la mesure où le malade aura compris le message de la maladie.

Trois structures

La psycho-énergétique de Michel Odoul se caractérise encore par une autre tripartition, en trois structures :

  • La structure mécanique : constituée par le système osseux et le système musculeux tendineux, elle représente essentiellement les archétypes les plus profonds de l’individu, ses croyances de vie, ses structures inconscientes.
  • La structure organique : comprenant les systèmes nerveux, génito-urinaire, digestif, respiratoire, cutané, circulatoire, lymphatique et endocrinien, représente, quant à elle, les problèmes psychologiques fonctionnels en relation symbolique directe avec chacun de ces systèmes. Par exemple, le système digestif sera en relation symbolique avec la capacité à digérer, à assimiler les événements de l’existence…
  • Les affections hors systèmes : où l’on trouve les maladies des yeux, des oreilles, de la bouche, des cheveux, de l’appétit, ou de la voix… Ces affections sont en rapport avec des problèmes psychologiques spécifiques. Par exemple, les pathologies touchant au visage seront en relation avec un problème d’identité…

Chaque système est donc ici analysé en tenant compte de sa fonction symbolique, notamment en relation avec des expressions du langage populaire, comme  » être constipé  » ou  » avoir mal au coude », toutes riches de sens ; mais aussi en intégrant les données de la médecine chinoise, et notamment les fonctions énergétiques des points et méridiens d’acupuncture ; et enfin en réutilisant les indications psychosomatiques de certains médicaments homéopathiques, avec ce qu’elles comportent de notions relatives à la latéralité, aux constitutions et autres tempéraments…

L’ensemble est, en tout cas, cohérent, et offre à chacun une grille de lecture extrêmement utile pour mieux se comprendre, même si, bien sûr, il ne s’agit pas de tout lire au premier degré, ni de se livrer à des généralisations abusives. Chaque cas étant unique, on évitera d’affirmer que tel ou tel trouble a telle ou telle signification bien précise. Mieux vaudra se rendre sensible aux processus psychologiques et psychosomatiques en œuvre, plutôt que de coller des étiquettes supplémentaires sur des maux qui souffrent déjà d’un excès de mots.

Source : Le sens psy des maladies : www.buddhaline.net

Je vous conseille vivement ce Livre ! : Dis-moi où tu as mal : Je te dirai pourquoi: de Michel Odoul  et de visiter son site sur lInstitut Français de SHIATSU

8 Responses to “Psycho-Communication (énergétique)”

  1. Je connais Michel Odoul de par ses livres et ma pratique du shiatsu.
    Mais votre article est comme une piqure de rappel.

    Le burn out, vous le mettez où dans les messages d’erreur ?
    Bonne joournée

    Karine

  2. Je ne pratique pas Shiatsu, vous devez donc en savoir bien plus que moi. Sans que ce que je dise puisse être « la vérité » je « ressent » le Burn-Out comme une Alarme Haute, en coupe-circuit. Soumis à des contraintes contradictoires et paradoxales pour des personnes engagées dans leur action… Je dirais opposition de Valeurs de premier niveau qui ne trouvent pas conciliation possible dans un contexte donné.

    Qu’en pensez-vous Karine ?

    • karine38 dit : Répondre

      Tout à fait d’accord avec vous pour le confit de valeurs.
      Mais les gens touchés par le burn out suivent cet adage  »s’épuiser plutôt que renoncer ».

      En ce moment, je suis une personne en burn out…à la quête d’un amour qu’elle n’a jamais eu.

      Soit on s’épuise soit on arrive à faire le deuil avant d’atteindre l’extrême.

      Mon avis :
      Après une première lecture, je le mettais dans la case maladie; Vous avez écrit  »met l’individu dans l’obligation de s’arrêter totalement pour se tourner vers lui-même et s’interroger. »
      C’est exactement cela le burn out.

      En relisant un article sur le burn out , j’ai trouvé
      une citation de Freudenberger(1974) »
      Alors, advient cette maladie de l’âme en deuil
      de son idéal, nommé «burnout»
      donc on peut dire que c’est une maladie…une maladie qui peut conduire à la mort , comme le fameux karoshi au Japon.

      Au plaisir de continuer à vous lire….

      • Pour votre Cliente, je l’accompagnerais à apprécier le lâcher-prise, sur d’autres domaines que celui qui la rend malade…
        Ainsi qu’a apprécier l’amour qu’elle reçoit, sous une forme différente…
        Puis une régression pour identifier la source de la croyance et la traiter (en PNL par exemple ou en Hypnose)
        Amicalement

  3. karine38 dit : Répondre

    Votre prochain article : la symbolique du burn out ?

Laisser un commentaire

TOP