AT-3 : Comment Communique-t-on avec les autres ?

Nous avons compris que chacun d’entre nous a 3 états du Moi, mais comment cela se passe t-il quand une personne en rencontre une autre ? C’est simple… elles échangent des Transactions, c’est à dire des échanges verbaux ou non…
OK mais alors … :

  • A quelles Transactions invitons nous les autres  ?
  • A quelles Transactions sommes-nous invités ?

Mais de quoi parle-t-on ? Une transaction est le nom donné à un échange verbal et comportemental entre deux personnes.

Plus précisément :  » Une transaction est une unité d’échange sociale : stimulus – réponse. » selon Éric Berne (1).

On distingue le stimulus, ou message envoyé d’une personne à l’autre, de la réponse de celle-ci. Les transactions peuvent ainsi être observées et analysées en termes d’états du moi qui lance le stimulus et celui qui répond..

Il existe des transactions simples (parallèles ou croisées) où se répondent alternativement un État du Moi seulement chez chacun des deux protagonistes. Ces transaction sont directes et peu ambiguës.

Transactions simples parallèles

Dans ce cas, c’est l’état du Moi sollicité qui répond :

Dans ces transactions parallèles, la communication est durable car stable.

Transactions simples non parallèles ou croisées

Dans ce cas, c’est un autre état du Moi que celui qui est sollicité qui répond :

Dans ces transactions non parallèle, la communication est  déstabilisée, elle peut être interrompue.

Dans ces transactions croisées, la communication peut devenir conflictuelle.

Mais il en est des transactions comme des trains, elles peuvent en cacher d’autres…

Les transactions dites à double fond, doubles ou duplex – sont des transactions floues ou ambiguës (pleines de sous-entendus). Dans ces transactions il existe un décalage entre ce qui est dit ouvertement (niveau social) et ce qui est compris comme message réel – ce qui compte pour les deux interlocuteurs (niveau psychologique)

En fait, il s’agit d’échange entre deux interlocuteurs à la fois au niveau social, explicite, verbal et apparent, et à un niveau psychologique, non verbal, implicite, souvent inconscient ou préconscient (caché) – où se répondent en apparence des États du Moi spécifiques (exemple Parent) et en même temps, à un niveau sous-jacent, d’autres États du Moi (exemple Enfant).

Dans ce cas c’est le niveau psychologique qui prime sur le niveau social.

En fait lorsque nous recevons un stimulus, nous devons choisir entre 24 réponses possibles (2)
Sachant dque 90 % des transactions sont cependant représentées dans 7 types de transactions.

Les 4 premiers types représentent des transactions efficaces (positives) et les 3 derniers sont sources de difficultés (négatives).

Les 4 Relations Positives :

Les 3 relations Négatives :

Voir Triangle dramatique ou Triangle de Karpman (3).

Toutes ces relations créent des transactions.. elles s’inscrivent dans un cadre plus global, nous allons prochainement évoquer les positions existentielles…

—–

(à suivre…)

(1) Éric Berne (10 mai 1910 – 15 juillet 1970). Médecin à l’age de 21 ans il se spécialise en psychiatrie à partir de 1936  et publie son premier article en 1939. En 1947 il publie « Mind in Action »  qui sera revu et complété pour devenir en 1957 « Psychiatrie et psychanalyse à la portée de tous » qui contient un chapitre consacré à l’AT. Toute sa vie durant, il n’aura de cesse de vouloir diffuser et vulgariser ses travaux.

(2)  Stephen B. Karpman  » Les options : Les 24 réponses possibles. »

(3)  Triangle de Karpman

—–

Sources :

  • « Analyse Transactionnelle et psychothérapie » Eric Berne
  • « Des Jeux et des Hommes » Eric Berne
  • « Que dites vous après avoir dit Bonjour « Eric Berne
  • ITAA : The International Transactional Analysis Association
  • EATO : Formation à l’Analyse Transactionnelle par Hugues Lesot
  • « L’Analyse Transactionnelle » René Lassus Ed. Marabout
Taggé sur : ,

Laisser un commentaire

TOP